6
Juin
2019

Vis ma vie de développeur web !

N’ayons pas peur des mots, le métier de développeur web connaît son lot de stéréotypes : c’est un geek, qui travaille dans le noir le visage éclairé par son écran, une part de pizza et un café pour seule victuaille. Rassurez-vous, chez Cogitime, nous avons la lumière et on apprécie une « bonne bouffe » de temps en temps !

Quoi de mieux qu’un article pour vous présenter le métier de développeur web, avec en prime, une interview de nos développeurs à nous ? Parce qu’ils sont à la base de vos sites Internet, il est temps de les mettre en lumière et de vous expliquer leurs parcours, en quoi consiste leur métier et quel est leur rôle.

Mais d’abord, comment se porte le marché des métiers du numérique ?

Aujourd’hui, le secteur du numérique est un des secteurs qui recrute le plus, dans tout type de structures, que se soit dans les entreprises du web, les grands groupes ou les PME.
En France, on parle de 36 000 postes qui seront à pourvoir prochainement dans le numérique, et près de 900 000 à l’horizon 2020 en Europe.
Le numérique est un secteur très vaste et propose de nombreux métiers, comme le métier de développeur, de webdesigner, de community manager ou encore d’intégrateur.

Et le métier, en quoi consiste-t-il ?

Parlons plus en détail du métier de développeur web : c’est un métier qui consiste à créer, écrire, tester, documenter des sites Internet / logiciels / applications mobiles. C’est un professionnel des langages informatiques qui traduit la demande d’un client en lignes de codes informatiques, en suivant un cahier des charges des spécificités techniques à suivre pour créer le programme.

Souvent confondus avec les informaticiens, les développeurs web ne réparent pas les ordinateurs ou les problèmes de réseaux Internet, il n’assure pas la maintenance de votre matériel informatique. De même, il ne conçoit pas les visuels et éléments graphiques des sites Internet. Il y est naturellement sensible compte tenu du fait qu’il peut se charger de les intégrer, et d’assurer l’ergonomie du site Internet, mais il n’est pas nécessairement webdesigner. Enfin, le développeur ne se chargera pas d’animer vos réseaux sociaux et votre image en ligne.

Les développeurs sont actuellement très recherchés par les entreprises qui préfèrent les intégrer en interne. On annonce une hausse de 27 % d’offres d’emploi d’ici 2024 pour le métier.


Passons maintenant à l’interview de nos développeurs, Thomas, Baptiste et Florian.

Quel a été votre parcours pour devenir développeur ?

Thomas : J’ai fait un BTS informatique et Gestion, option développement d’application, puis j’ai enchaîné sur une licence professionnel Assistant chef de projet informatique à Bordeaux.

Baptiste : Après 2 ans d’IUT GE2I (Génie Electrique Informatique Industrielle), je suis partie en école d’ingénieur de Bac+2 à Bac+5. A la fin de mon parcours, j’ai réalisé mon stage de fin d’étude de 6 mois.

Florian : J’ai commencé par faire 1 an de DUT informatique puis 3 ans en fac d’informatique. Je cherchais une formation plus concrète et j’ai intégré LA WAB à Bergerac, par le biais du « Sésame Numérique », qui est une découverte des métiers du Web pendant 7 mois. Après ça, j’ai intégré la formation en alternance de Webdesigner à LA WAB qui délivre un diplôme de niveau Bac+2, pour avoir un bagage accès design.

Quelle est la journée type d’un développeur (chez Cogitime)?

L’équipe : Tous les lundi matins, on fait une réunion où on présente nos tâches de la semaine. Cela nous permet de savoir où nous en sommes les uns et les autres.
Les autres matins, on gère les mails en premier et on traite ceux qui peuvent l’être dans l’immédiat, et on classe les autres.
Ensuite, on se met à travailler sur les projets en cours.
On travaille en général sur plusieurs projets.
Tout au long de la journée, on gère la partie support des projets qui sont déjà existants, on répond au téléphone si certains clients ont des questions ou rencontrent des problèmes techniques.
Enfin, on fait de la gestion de projet, et de la recherche et développement, pour améliorer nos processus internes mais aussi pour les projets.

En quoi êtes-vous spécialisé ?

Thomas : Je suis assez polyvalent, mais je suis surtout spécialisé dans le langage informatique Python. Par exemple, c’est moi qui personnalise et met en place le logiciel Odoo, qui est un logiciel qui nécessite ce langage. Avec Odoo, je code aussi en XML et Javascript.

Baptiste : à la base j’étais spécialisé dans le langage de programmation Java. Aujourd’hui, je développe principalement en langage PHP (celui utilisé pour les sites sous WordPress, Prestashop, ou encore Symfony). Je travaille aussi principalement avec les différents langages web, HTML, CSS et Javascript.

Florian : Je travaille avec les mêmes langage que Baptiste, mais je suis encore en apprentissage. De par ma formation, j’ai un œil plus graphique. Je suis en mesure de réaliser des maquettes pour les sites par exemple.

Qu’est-ce qui est le plus gratifiant pour vous dans votre métier ?

Thomas : La satisfaction du client ! Quand le client est content et qu’il le fait savoir. Ce qui est aussi gratifiant, c’est quand on découvre de nouvelles fonctionnalités qui permettent d’améliorer un projet ou notre quotidien, et qu’on est capable de l’expliquer. En général, c’est de sentir que l’on progresse dans les nouvelles technologies.

Baptiste : Tout comme Thomas, quand le client est content et dit que c’est super ! Ce qui est aussi gratifiant, c’est lorsque même après plusieurs années on trouve de nouvelles choses.

Florian : Dans ce métier on apprend tous les jours, les projets sont variés, on évolue.

Quelles sont les qualités à posséder pour être développeur ?

L’équipe : être rigoureux, patient et logique !!

Quels conseils donneriez-vous à un futur développeur web ?

L’équipe : Il faut être persévérant, même si on ne trouve pas la solution tout de suite, ça peut fonctionner plus tard. Lorsque tu es développeur, Google est ton ami ! Il te permettra de chercher des solutions pour les programmations. En somme, il faut être curieux et aimer rechercher. En tout cas, fonce, sur un malentendu ça peut marcher !!!


Vous l’aurez compris, le métier de développeur a de beaux jours devant lui. Une multitude de parcours sont possibles pour y arriver, avec la certitude que votre profil sera susceptible d’intéresser des recruteurs dans les années à venir.

Si vous souhaitez échanger avec nous sur vos projets, ou tout simplement poser des questions sur le métier, contactez nous !!

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone