21
Déc
2010

Créer un lien durable avec ses clients

« 40% des TPE/PME n’ont pas de site internet », je ne me risquerais même pas à annoncer un chiffre pour les artisans – commerçants.lien-client

Nous sommes tous unanimes sur l’apport de cette vitrine commerciale disponible 24h/24 que représente le site internet, de par :

– son impact en termes d’image : la première impression perçue à la consultation d’un site web est souvent la première image que se fait un prospect, un client, un fournisseur d’une entreprise ou d’un commerce. Sur des marchés très concurrentiels, si on demande à un nouveau client « Pourquoi nous avez vous choisis ? » ; aussi surprenant que cela puisse paraître, la réponse est souvent « j’ai trouvé votre site bien fait & clair, contrairement à … ».

– le lien qu’il crée avec ses clients & fournisseurs : ce lien peut être plus ou moins durable selon que le site propose des informations ou services actualisés (actualités, newsletters, sondages, mises à jour des produits & services…).

Une TPE/PME qui ne possède pas encore de site internet reflète une caractéristique de son chef d’entreprise :

  • soit celui-ci n’est pas sensibilisé à l’apport et l’impact d’une ouverture sur le web : on trouvera souvent un chef d’entreprise vivant sur sa base de clients actuelle (avec ses dangers sur le manque de stratégie générale à moyen terme);
  • soit celui-ci n’est pas très à l’aise avec les nouvelles technologies : nombreux sont les chefs d’entreprise à avoir commencé leur activité de responsable bien avant l’émergence du web; c’est ensuite souvent une personne de son entourage (famille, employé) qui réussira à le sensibiliser à ce nouvel atout de communication.

En effet, aujourd’hui, tous les chefs d’entreprises ayant fait le pas (donc seulement 60% des TPE/PME …) vous confirmeront que ce n’est plus un problème de technologie, encore moins de budget. Un site bien pensé est rapidement exploitable, l’entreprise en est propriétaire et surtout elle reste autonome sur la mise à jour des informations éditées (sans devoir systématiquement faire appel à une société spécialisée). En ce qui concerne les coûts nécessaires de mise en œuvre et d’exploitation, le chef d’entreprise peut dire merci :

  • à la concurrence – qui se démène sur les offres de services & les tarifs pour se distinguer – ,
  • à la vulgarisation technologique associée à un site internet.

Avoir son site internet en 2011 ne peut plus être associé à une simple dépense mais à un investissement souvent négligeable et surtout indispensable pour accroitre la performance de son entreprise.

Alors, si vous appartenez aux 40%, qu’attendez-vous pour enfin faire le pas !

Cédric L. (Sommelier Conseil) savait qu’il devait faire le pas en proposant un site internet et ainsi créer un lien durable avec ses clients et fournisseurs. Il a choisi COGITIME pour l’accompagner dans cette démarche et transformer son idée en nouvel atout de performance. Aujourd’hui grâce à son site internet & le conseil associé, Cédric met lui même à jour son catalogue de vins, publie des annonces pour les prochaines dégustations & envoie régulièrement une newsletter à ses clients inscrits. Son entreprise et le dynamisme de son activité sont ainsi constamment mis en avant et valorisés.

Référence : 40% des TPE/PME n’ont pas de site internet (www.portail-des-pme.fr)

s TPE/PME n’ont pas de site internet », je ne me risquerais même pas à annoncer un chiffre pour les artisans – commerçants.Nous sommes tous unanime sur l’apport de cette vitrine commerciale disponible 24h/24 de par :– son impacte en terme d’image : la première impression du site web est souvent la première image que se fait un client ou fournisseur potentiel. Sur des marchés très concurrentiels, si on demande à un nouveau client « comment nous avez vous trouvé ? » ; aussi surprenant que cela puisse paraître, la réponse est souvent « j’ai trouvé votre site bien fait & clair, contrairement à … ».

– le lien qu’il créer avec ses clients & fournisseurs : ce lien peut être plus ou moins durable selon que le site propose des informations ou services actualisés (actualités, newsletters, sondage, mise à jour des produits & services…).

Une TPE/PME qui ne possède pas encore de site internet reflète une caractéristique de son chef d’entreprise :

– soit celui-ci n’est pas sensibilisé à l’apport et l’impacte d’une ouverture sur le web : on trouvera souvent un chef d’entreprise vivant sur sa base de client actuelle (avec ses dangers sur le fait de ne pas avoir de stratégie générale à moyen terme).

– soit celui-ci n’est pas très à l’aise avec les nouvelles technologies : nombreux sont les chefs d’entreprise à avoir commencé leurs activités de responsable bien avant l’émergence du web; c’est ensuite souvent une personne de son entourage (famille, employés) qui réussira à le sensibiliser à ce nouvel atout de communication.

En effet, aujourd’hui, tous les chef d’entreprises ayant fait le pas (donc seulement 60% des TPE/PME …) vous confirmeront que ce n’est plus un problème de technologie, encore moins de budget. Un site bien pensé est aujourd’hui rapidement exploitable, l’entreprise en est propriétaire et surtout elle reste autonome sur la mise à jour des informations éditées (sans devoir systématiquement faire appel à une société spécialisée). En ce qui concerne les coûts nécessaires de mise en œuvre et d’exploitation, le chef d’entreprise peut dire merci :

– à la concurrence – qui se démène sur les offres de services & tarifs pour se distinguer – ,

– et à la vulgarisation technologique associée à un site internet.

Avoir son site internet en 2011 ne peut plus être associé comme une simple dépense mais comme un investissement souvent négligeable et surtout indispensable pour accroitre la performance de l’entreprise.

Alors, si vous appartenez aux 40%, qu’attendez vous pour enfin faire le pas !

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInEmail this to someone